Archives de catégorie : Spectacles

Køuples, en deux temps trois mouvements

Køuples © CHRISTOPHE DELLIÈRE / OPERACT
« Nous avions envie de parler de la surconsommation, des années soixante et soixante-dix, de toute cette époque graphique, de la mode… Et de l’évolution du couple : la rencontre, la jeunesse, la fraîcheur, la crise de la quarantaine, enfin le couple vieillissant. Les personnages ne maîtrisent rien du tout, ce sont les choses qui les maîtrisent. » (Stephan Grögler, conception et mise en scène)

Køuples1spectacle conçu et mis en scène par Stephan Grögler, est une trilogie trépidante sur le cas du couple avec de l’eau – barrée – dans le gaz… Trois vaudevilles musicaux d’un autre siècle, ravivés par l’imagerie des sixties et des seventies diffusée sur écrans, rhabillés de costumes impossibles : robe jaune strident, pantalons pattes d’éph orange amer, rayures, col pelle à tarte et combinaisons métallisées…

Lire la suite Køuples, en deux temps trois mouvements


  1. Køuples, création les 24 et 25 novembre 2017 à la Maison de la musique de Nanterre 

Counter Phrases

© THIERRY DE MEY

Nouvelle création de Counter Phrases, spectacle de correspondances entre musiques d’aujourd’hui et chorégraphies filmées1. Sous la direction de son directeur musical Laurent Cuniot, TM+ s’associe à l’Orchestre symphonique de Mulhouse et au trio de Ballaké Sissoko pour une aventure hors norme.

Les chorégraphies d’Anne Teresa De Keersmaeker sont une matière en mouvement, elles auscultent les échanges entre le geste des corps et celui des musiques. Counter Phrases, démarche commune entreprise en 2003 avec le compositeur et cinéaste Thierry De Mey, repose sur une petite révolution : inverser les rapports entre musique et danse, offrir aux compositeurs des chorégraphies silencieuses pour les inviter – à rebours de siècles de tradition occidentale – à « musiquer » la danse.

Lire la suite Counter Phrases


  1. Counter Phrases, création 2016 à la Maison de la musique de Nanterre, les 5 et 6 février. Puis à la Philharmonie de Paris le 17 mai et à La Filature de Mulhouse le 24 juin 

On ne devrait jamais quitter Limoges

© BRIGITTE ENGUERAND

À Châteauvallon1, rencontre entre la jeunesse savante et la maturité fougueuse : Clément Hervieu-Léger et William Christie inventent un nouveau Monsieur de Pourceaugnac. Comme le disait un voisin de fauteuil : poilant !

Grands volumes verticaux vert-de-gris, façades d’immeubles patinées, nous sommes sans doute à Paris dans les années cinquante, les années soixante – ce pourrait tout aussi bien être Berlin, ou Naples. Une grande ville naguère, une capitale vaguement étrangère, hostile peut-être aux provinciaux qui d’aventure s’y aventureraient. Les silhouettes qui passent et repassent sont bien d’époque : Nérine, brune au sourire craquant, aurait sa place dans Mad Men ; Sbrigani, celle de de Niro chez Scorsese. À l’angle d’un pignon, la troupe des musiciens s’est reconstituée autour d’un clavecin orné, copie d’une autre époque. Contraste : la musique et les chants, du Lully pur sucre, n’ont rien de rock’n’roll – à la lettre s’entend, dans l’esprit c’est une autre affaire.

Lire la suite On ne devrait jamais quitter Limoges


  1. Monsieur de Pourceaugnac, Châteauvallon, du 27 au 30 janvier 2016 

C’est un malheur du temps…

Philippe Girard (le roi Lear)
Le roi Lear (Philippe Girard)

Olivier Py, acteur, auteur, chanteur, poète, traducteur, metteur en scène, bref homme de théâtre total, monte le Roi Lear de William Shakespeare.

La vision qu’il en offrait cet été au public du Festival d’Avignon, dont il est le directeur, place le langage au centre de tout, des illuminations comme des catastrophes. Il y a quinze ans, dans l’Épître aux jeunes acteurs pour que soit rendue la parole à la parole, Olivier Py écrivait : « Un monde où les mots ne valent plus rien, ne valent plus les trois sous de salive humaine qui les portent, un monde où l’obsession du mensonge est souveraine est un monde de fous. » Lire la suite C’est un malheur du temps…

En lumière sauvage, après


… cette totalité en ruine… (2014), En lumière sauvage (2015)  : deux pièces en miroir pour deux danseurs et trois percussionnistes1. Compositions de Pierre-Adrien Charpy, chorégraphie de Cécile Guye, avec le HOP!trio et la compagnie Boutabou.


En lumière sauvage

Ils sont deux sur le plateau, à danser le tonnerre dans les ténèbres, à danser la violence des tumultes et la sensualité des corps… Non, il ne faudrait pas commencer comme cela.

Plutôt : ils sont deux sur le plateau, eux les danseurs – elle et lui – et eux les percussionnistes – qui sont trois en plus ce qui finit par compliquer la chose… Deux ensembles ensemble à s’écouter, se regarder, se chercher se trouver se relâcher, à échanger des mouvements et des ruptures, à disparaître dans l’ombre pour mieux renvoyer l’autre dans la lumière. À prendre des coups, à frissonner sous la caresse.

Lire la suite En lumière sauvage, après


  1. Programme donné en création le 18 septembre 2015 au théâtre Comoedia d’Aubagne