Archives par mot-clé : La Roque d'Anthéron

Florent Boffard, le chant des modernes

Le pianiste Florent Boffard


Chopin, Barcarolle opus 60. Berg, Sonate opus 1. Boulez, Sonate n ° 3 Formant 3. Janáček, Sonate 1.X.1905. Chopin, Préludes opus 28 (n° 17 à 24).


Au programme du récital donné au temple de Lourmarin1 par le pianiste Florent Boffard : le lyrisme d’hier et comment il diffuse dans la modernité d’aujourd’hui. Intense traversée d’un monde sonore dense, mouvant et fragile, comme animée par le feu sous la glace.

La musique d’aujourd’hui et ses compositeurs, Florent Boffard les connaît sur le bout des doigts. Le piano d’hier aussi. Et savoir inviter la familiarité de l’un dans la complexité des autres est l’un des dons de cet artiste qui traverse constamment le miroir entre l’enfant émerveillé et le conteur évident de choses qui ne le sont pas. En confrontant en cercles concentriques le piano d’un Chopin qu’on croit connaître par cœur à la lignée des modernes – Janacek, Berg et Boulez – il choisit, au-delà de la défense d’un répertoire méconnu sinon mal aimé, de tramer les fils et les motifs de musiques dont on n’entendait pas autant les correspondances.  Lire la suite Florent Boffard, le chant des modernes


  1. Récital Florent Boffard à Lourmarin, le 11 août 2015, dans le cadre du festival international de piano de La Roque d’Anthéron 

Bruce Brubaker, Glass Piano

Récital Bruce Brubaker, abbaye de Silvacane


Programme du récital :
Philip Glass. Metamorphosis n° 2 et n° 1. Études n° 4, n° 2 et n° 5. Mad Rush. Opening. Evening Song (extrait de Satyagraha).


Il y a des musiques qui racontent des histoires, d’autres qui ouvrent des espaces – celle de Philip Glass sous les doigts de Bruce Brubaker relèverait plutôt de l’instant suspendu. C’était au cloître de l’abbaye de Silvacane, dans le cadre du festival de La Roque d’Anthéron1.

Philip Glass est de ces compositeurs contemporains adorés, entre autres, par ceux qui n’aiment pas la musique dite contemporaine – oreilles Louis-Philippe et “néos” y compris. Ce qui fait quelque part mauvais genre et entraîne ipso facto les réticences du sériel auditeur et du chasseur spectral. Or le compositeur ne mérite ni cet excès d’honneur ni cette indignité. Sa musique – qu’on la dise répétitive, minimale, post- ou ce qu’on veut – vaut plus et mieux, surtout lorsqu’elle passe par le clavier de Bruce Brubaker. Lire la suite Bruce Brubaker, Glass Piano


  1. Récital Bruce Brubaker, festival international de piano de La Roque d’Anthéron, le 1er août 2015 au cloître de l’abbaye de Silvacane