Archives du mot-clé Contemporaine

Votre Faust

© VICTOR TONELLI
Le di­rec­teur et Henri

Cela res­sem­ble à l’archétype du my­the : il y a un com­po­si­teur en Faust, un di­rec­teur de théâ­tre en Méphisto, et mê­me une pai­re de Marguerite ! Mais quit­te aujourd’hui à être Faust, au­tant re­pous­ser aux li­mi­tes de l’imaginable le chant des pos­si­bles…


Henri Pousseur, mu­si­que – Michel Butor, li­vret – Laurent Cuniot, di­rec­tion – Aliénor Dauchez, mi­se en scè­ne. Avec Pierre-Benoist Varoclier (Henri), Vincent Schmitt (di­rec­teur de théâ­tre / Méphisto), Laëtitia Spigarelli (Greta, Maggy), Éléonore Briganti (chan­teu­se), les mu­si­ciens de TM+…


 

Voi­là bien le spec­ta­cle le plus fes­tif à quoi il soit don­né d’assister. Le plus lou­fo­que. Le plus brin­de­zin­gue. On n’imaginait pas user de pa­reils ad­jec­tifs pour une œu­vre co­si­gnée par Henri Pousseur, com­po­si­teur bel­ge sé­riel pres­que pur, com­pa­gnon de rou­te de Berio, Boulez, Stockhausen, et Michel Butor, ogre poè­te du nou­veau ro­man. Continuer la lec­tu­re de Votre Faust 

Counter Phrases

© THIERRY DE MEY

Nouvelle créa­tion de Counter Phrases, spec­ta­cle de cor­res­pon­dan­ces en­tre mu­si­ques d’aujourd’hui et cho­ré­gra­phies fil­mées1. Sous la di­rec­tion de son di­rec­teur mu­si­cal Laurent Cuniot, TM+ s’associe à l’Orchestre sym­pho­ni­que de Mulhouse et au trio de Ballaké Sissoko pour une aven­tu­re hors nor­me.

Les cho­ré­gra­phies d’Anne Teresa De Keersmaeker sont une ma­tiè­re en mou­ve­ment, el­les aus­cul­tent les échan­ges en­tre le ges­te des corps et ce­lui des mu­si­ques. Counter Phrases, dé­mar­che com­mu­ne en­tre­pri­se en 2003 avec le com­po­si­teur et ci­néas­te Thierry De Mey, re­po­se sur une pe­ti­te ré­vo­lu­tion : in­ver­ser les rap­ports en­tre mu­si­que et dan­se, of­frir aux com­po­si­teurs des cho­ré­gra­phies si­len­cieu­ses pour les in­vi­ter – à re­bours de siè­cles de tra­di­tion oc­ci­den­ta­le – à « mu­si­quer » la dan­se.

Continuer la lec­tu­re de Counter Phrases 


  1. Counter Phrases, créa­tion 2016 à la Maison de la mu­si­que de Nanterre, les 5 et 6 fé­vrier. Puis à la Philharmonie de Paris le 17 mai et à La Filature de Mulhouse le 24 juin 

En lu­miè­re sau­va­ge, après


… cet­te to­ta­li­té en rui­ne… (2014), En lu­miè­re sau­va­ge (2015)  : deux piè­ces en mi­roir pour deux dan­seurs et trois per­cus­sion­nis­tes1. Compositions de Pierre-Adrien Charpy, cho­ré­gra­phie de Cécile Guye, avec le HOP!trio et la com­pa­gnie Boutabou.


En lumière sauvage

Ils sont deux sur le pla­teau, à dan­ser le ton­ner­re dans les té­nè­bres, à dan­ser la vio­len­ce des tu­mul­tes et la sen­sua­li­té des corps… Non, il ne fau­drait pas com­men­cer com­me ce­la.

Plu­tôt : ils sont deux sur le pla­teau, eux les dan­seurs – el­le et lui – et eux les per­cus­sion­nis­tes – qui sont trois en plus ce qui fi­nit par com­pli­quer la cho­se… Deux en­sem­bles en­sem­ble à s’écouter, se re­gar­der, se cher­cher se trou­ver se re­lâ­cher, à échan­ger des mou­ve­ments et des rup­tu­res, à dis­pa­raî­tre dans l’ombre pour mieux ren­voyer l’autre dans la lu­miè­re. À pren­dre des coups, à fris­son­ner sous la ca­res­se.

Continuer la lec­tu­re de En lu­miè­re sau­va­ge, après 


  1. Programme don­né en créa­tion le 18 sep­tem­bre 2015 au théâ­tre Comoedia d’Aubagne 

Autour de… Reverse Flows

Reverse Flows

Au len­de­main de la créa­tion de Reverse Flows, de Laurent Cuniot, à la Maison de la mu­si­que de Nanterre1. Ce len­de­main flou, ex­ten­si­ble – di­sons-le : mé­ta­pho­ri­que, qui sé­pa­re les ba­gue­nau­deurs des phy­si­ciens, et les ré­dac­teurs des mu­si­ciens.

Au len­de­main, com­ment trans­met­tre quel­que cho­se de cet­te mu­si­que ? Échanger quel­ques pier­res gra­vées avec ceux qui y étaient, dé­po­ser un cairn pour ceux qui n’y étaient pas, ba­li­ser le che­min ima­gi­nai­re en vue d’inciter à l’excursion ?  Continuer la lec­tu­re de Autour de… Reverse Flows 


  1. Reverse Flows, pour al­to, en­sem­ble et élec­tro­ni­que, créée par Geneviève Strosser et TM+ sous la di­rec­tion de Marc Desmons, le 23 juin 2015 à Nanterre dans le ca­dre du fes­ti­val Manifeste 2015 de l’Ircam 

Florent Boffard, le chant des mo­der­nes

Le pianiste Florent Boffard


Chopin, Barcarolle opus 60. Berg, Sonate opus 1. Boulez, Sonate n ° 3 Formant 3. Janáček, Sonate 1.X.1905. Chopin, Préludes opus 28 (n° 17 à 24).


Au pro­gram­me du ré­ci­tal don­né au tem­ple de Lourmarin1 par le pia­nis­te Florent Boffard : le ly­ris­me d’hier et com­ment il dif­fu­se dans la mo­der­ni­té d’aujourd’hui. Intense tra­ver­sée d’un mon­de so­no­re den­se, mou­vant et fra­gi­le, com­me ani­mée par le feu sous la gla­ce.

La mu­si­que d’aujourd’hui et ses com­po­si­teurs, Florent Boffard les connaît sur le bout des doigts. Le pia­no d’hier aus­si. Et sa­voir in­vi­ter la fa­mi­lia­ri­té de l’un dans la com­plexi­té des au­tres est l’un des dons de cet ar­tis­te qui tra­ver­se constam­ment le mi­roir en­tre l’enfant émer­veillé et le conteur évi­dent de cho­ses qui ne le sont pas. En confron­tant en cer­cles concen­tri­ques le pia­no d’un Chopin qu’on croit connaî­tre par cœur à la li­gnée des mo­der­nes – Janacek, Berg et Boulez – il choi­sit, au-de­là de la dé­fen­se d’un ré­per­toi­re mé­con­nu si­non mal ai­mé, de tra­mer les fils et les mo­tifs de mu­si­ques dont on n’entendait pas au­tant les cor­res­pon­dan­ces.  Continuer la lec­tu­re de Florent Boffard, le chant des mo­der­nes 


  1. Récital Florent Boffard à Lourmarin, le 11 août 2015, dans le ca­dre du fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de pia­no de La Roque d’Anthéron