Archives par mot-clé : Pop Rock etc.

Rokia Traoré : La scène, tout un bonheur !

Rokia Traoré © FRANCIS VERNHET

Avant son concert au festival Chorus 2010, Rokia Traoré nous parlait de la scène, du public, et de l’Afrique. Une jeune grande dame, humble et fière.

Votre son a un peu changé depuis vos concerts de l’année dernière…

Le guitariste malien avec qui je jouais a malheureusement eu un accident. En attendant qu’il puisse remonter sur scène, la tournée devait continuer… J’ai préféré prendre la différence de style du nouveau guitariste, plus rock, comme un plus : alors on a réarrangé quelques petites choses pour nous adapter.

On sent le désir, le groupe et vous, d’être rassemblés avec le public autour de la même chose…

La scène est la meilleure façon de promouvoir une musique comme la nôtre, qui n’a pas tant que ça accès à la télé et aux radios en général. En tournée, je rencontre le public et c’est ce que j’aime avant tout. Du coup, je lui donne beaucoup, mais je lui prends beaucoup aussi… La scène, c’est tout un bonheur ! Lire la suite Rokia Traoré  : La scène, tout un bonheur  !

Rokia Traoré : l’invention de la plénitude

Rokia Traoré © RICHARD DUMAS 

Apparemment, le Magic Mirror de La Défense convient à Rokia Traoré et ses musiciens : trois heures de concert débridé ce mardi soir, pour l’un des temps très forts du festival Chorus 2009.

La fête commençait avec Davy Sicard, une belle surprise pour beaucoup, chantant un maloya réunionnais « un peu cabossé », une musique qui relève la tête et dit la fierté du « cœur marron » qui choisit la liberté. Et recevant l’hommage, plutôt rare pour une première partie, d’un rappel enthousiaste avant la folie à suivre.

Parce que Rokia Traoré sur scène, c’est une invention permanente, une joie communicative, une force incroyable. Où cette brindille de femme parvient-elle à trouver les ressources nécessaires pour faire des heures durant vibrer les corps et tomber les frontières entre les musiques. Commencé dans les couleurs nocturnes et le souffle des deux invités exceptionnels de la soirée, le guitariste Sébastien Martel et le vocaliste Sly Johnson, le feu prend très vite dans un public particulièrement combustible. La chair de poule s’installe quand la lumière change, que la vague se soulève soudain et qu’elle nous emporte. Rokia se lance dans ses longues mélopées scandées en bambara, et l’on pense au flow du rap, aux envolées de Nusrat Fateh Ali Khan, aux déclamations de Patti Smith : s’invente devant nous quelque chose d’inouï, musique africaine, world, blues, rock… Les musiciens jouent entre eux et avec nous, il y a du sourire partout. Rokia charmeuse, Rokia radieuse, Rokia ambassadrice d’une culture, chante, danse, crie comme on ne l’a jamais entendue, incroyablement relâchée, sa voix osant toutes les textures. Jusqu’au final ébouriffant, quand le public partage la fête jusqu’à monter sur scène et danser, quand le son devient physiquement palpable, quand personne ne veut plus partir… Il y avait ce soir-là au village du festival un miroir magique où battait le cœur des Afriques, leur histoire, leurs beautés, leurs espoirs. Pour quelques heures suspendues, nous étions visiblement heureux d’être ensemble, elle, eux et nous, autour des mêmes émotions.


Site du festival Chorus 2009

Radiohead à Saint-Cloud

C’est l’événement de ce quatrième Rock en Seine1 sur les pelouses du parc de Saint-Cloud. Alors, 50 000 spectateurs ?

Thom Yorke : "J'ai commencé dans la musique en pensant que c'était un milieu radical plein de gens créatifs. Ce n'est pas vrai et ça me rend dépressif."
Thom Yorke : « J’ai commencé dans la musique en pensant que c’était un milieu radical plein de gens créatifs. Ce n’est pas vrai et ça me rend dépressif. »

Depuis sa création en 2003, Rock en Seine s’est étoffé. Désormais sur deux jours, plusieurs scènes et avec une trentaine de concerts programmés, il est devenu le festival rock autour de Paris. Retour cette année de la très grosse affiche avec le seul et unique concert en France de Radiohead. D’autant plus attendu que le groupe vient de passer plusieurs mois en studio, qu’un septième album2 est en projet pour 2007 et que sur les set lists des premiers concerts du printemps une petite dizaine de morceaux inédits sont à l’épreuve de la scène. Ce qui entraîne évidemment la question : comment sonne le Radiohead nouveau ? Parce que les cinq d’Oxford ont commencé il y a bientôt quinze ans comme un groupe à guitares débridées affolant les lolitas. Qu’ils se sont densifiés à mesure des années et des albums, passant du rock savant d’OK Computer aux étranges paysages sonores du diptyque Kid A / Amnesiac – lequel leur aura valu avalanches de louanges et de détestation – jusqu’à la synthèse de Hail to the Thief en 2003. Radiohead surgit toujours là où on ne l’attend pas, gagnant chaque fois un nouveau public, que ce soit en concert acoustique avec ondes Martenot ou lorsque leur répertoire est adoubé comme standard de jazz par le pianiste Brad Mehldau. Il ne faudra donc sans doute pas beaucoup pousser les amateurs – à moins qu’au contraire il faille beaucoup pousser… – pour que Rock en Seine batte cette année les records d’affluence.


Paru dans 92 Express n° 164, été 2006.


  1. Rock en Seine, août 2006 

  2. In Rainbows, 2007