Archives du mot-clé Jazz

Brad Mehldau, Keyboard Wizard

Brad Mehldau © MICHAEL WILSON

Velours rou­ge, le pia­nis­te Brad Mehldau était en so­lo à l’Espace-Malraux de Six-Fours1. Pas pour les ri­deaux de scè­ne ni cet­te élé­gan­te che­mi­se qui lui don­nait l’allure d’un mé­di­tant zen. Mais pour le ve­lours d’une mu­si­que sa­van­te, vir­tuo­se et sen­suel­le.

On lais­se­ra les spé­cia­lis­tes mieux qua­li­fiés dé­fi­nir le jeu Mehldau, équi­li­bre dit-on idéal en­tre le ver­ti­cal et l’horizontal – les ac­cords et les li­gnes, l’harmonie et les voix –, et le sou­ci clai­re­ment au­di­ble – et sur scè­ne vi­si­ble – de ne ja­mais pri­vi­lé­gier une main au dé­tri­ment de l’autre, au contrai­re, de les croi­ser, phy­si­que­ment, d’en fai­re ré­pon­se, écho, contre­point. On leur confie­ra éga­le­ment l’analyse du son, sou­vent per­cus­sif en dia­ble et qui ce soir-là était d’une sua­vi­té scin­tillan­te – peut-être après tout y avait-il aus­si de la soie dans ce rou­ge…

Continuer la lec­tu­re de Brad Mehldau, Keyboard Wizard 


  1. Brad Mehldau, Espace-Malraux, Six-Fours, mar­di 13 oc­to­bre 2015 

Ibrahim Maalouf

À La Défense Jazz fes­ti­val 2013, le jeu­ne trom­pet­tis­te vient jouer en quin­tet ses der­niè­res com­po­si­tions : Wind, sur scè­ne en­tre les tours, ça souf­fle !

© Denis Rouvre Je n’ai pas d’autre moyen d’expression fia­ble que la mu­si­que. Elle m’aide à trou­ver un cer­tain équi­li­bre en­tre l’intériorité et la ju­bi­la­tion. J’ai une en­vie ex­trê­me­ment puis­san­te de vi­vre, de fai­re des cho­ses, de ren­con­trer du mon­de, de voya­ger, mais pa­ral­lè­le­ment, j’ai une conscien­ce très for­te et ab­so­lue de la fra­gi­li­té de nos vies et de nos êtres. C’est cet­te am­bi­guï­té qui nour­rit ma mu­si­que.”

Secret, Ibrahim Maalouf ? Oui, sans dou­te. Mais af­fa­ble aus­si, di­sert quand le su­jet le pas­sion­ne, pas en­ne­mi à l’occasion de l’humour pin­ce-sans-ri­re. Bref, un hom­me com­plexe. Et un mu­si­cien d’une sin­gu­liè­re gé­né­ro­si­té. À tren­te-deux ans, le com­po­si­teur-trom­pet­tis­te, pre­mier prix du Conservatoire de Paris, lau­réat de concours in­ter­na­tio­naux, en­chaî­ne les col­la­bo­ra­tions. On pour­rait en fai­re une li­ta­nie fa­çon Vincent Delerm, avec qui il a d’ailleurs beau­coup tra­vaillé. Au ha­sard des pré­fé­ren­ces de cha­cun : Lhasa de Sela, Bojan Z, Tigran Hamasyan, Oxmo Puccino, M, l’orchestre de cham­bre de Paris, Serge Teyssot-Gay, Sting, Amadou et Mariam…

Le point com­mun ? Cette trom­pet­te à qua­tre pis­tons qui lui per­met de jouer les quarts de ton des mu­si­ques ara­bes tra­di­tion­nel­les – et des en­vo­lées contem­po­rai­nes. « Com­me si vous ajou­tiez des tou­ches sup­plé­men­tai­res en­tre les tou­ches blan­ches et noi­res du pia­no. » Une in­ven­tion de son pè­re et men­tor, Nassim Maalouf : « Cette trom­pet­te, c’est le fil conduc­teur, un vec­teur de créa­tion for­mi­da­ble par­ce qu’il est uni­que. Forcément, ce­la sti­mu­le mon ima­gi­nai­re. » Continuer la lec­tu­re de Ibrahim Maalouf