Archives du mot-clé Jazz

Brad Mehldau, Keyboard Wizard

Brad Mehldau © MICHAEL WILSON

Velours rouge, le pianiste Brad Mehldau était en solo à l’Espace-Malraux de Six-Fours1. Pas pour les rideaux de scène ni cette élégante chemise qui lui donnait l’allure d’un méditant zen. Mais pour le velours d’une musique savante, virtuose et sensuelle.

On lais­se­ra les spé­cia­listes mieux qua­li­fiés défi­nir le jeu Mehl­dau, équi­libre dit-on idéal entre le ver­ti­cal et l’horizontal – les accords et les lignes, l’harmonie et les voix –, et le sou­ci clai­re­ment audible – et sur scène visible – de ne jamais pri­vi­lé­gier une main au détri­ment de l’autre, au contraire, de les croi­ser, phy­si­que­ment, d’en faire réponse, écho, contre­point. On leur confie­ra éga­le­ment l’analyse du son, sou­vent per­cus­sif en diable et qui ce soir-là était d’une sua­vi­té scin­tillante – peut-être après tout y avait-il aus­si de la soie dans ce rouge…

Conti­nuer la lec­ture de Brad Mehl­dau, Key­board Wizard 


  1. Brad Mehl­dau, Espace-Mal­raux, Six-Fours, mar­di 13 octobre 2015 

Ibrahim Maalouf

À La Défense Jazz festival 2013, le jeune trompettiste vient jouer en quintet ses dernières compositions : Wind, sur scène entre les tours, ça souffle !

© Denis Rouvre Je n’ai pas d’autre moyen d’expression fiable que la musique. Elle m’aide à trou­ver un cer­tain équi­libre entre l’intériorité et la jubi­la­tion. J’ai une envie extrê­me­ment puis­sante de vivre, de faire des choses, de ren­con­trer du monde, de voya­ger, mais paral­lè­le­ment, j’ai une conscience très forte et abso­lue de la fra­gi­li­té de nos vies et de nos êtres. C’est cette ambi­guï­té qui nour­rit ma musique.”

Secret, Ibra­him Maa­louf ? Oui, sans doute. Mais affable aus­si, disert quand le sujet le pas­sionne, pas enne­mi à l’occasion de l’humour pince-sans-rire. Bref, un homme com­plexe. Et un musi­cien d’une sin­gu­lière géné­ro­si­té. À trente-deux ans, le com­po­si­teur-trom­pet­tiste, pre­mier prix du Conser­va­toire de Paris, lau­réat de concours inter­na­tio­naux, enchaîne les col­la­bo­ra­tions. On pour­rait en faire une lita­nie façon Vincent Delerm, avec qui il a d’ailleurs beau­coup tra­vaillé. Au hasard des pré­fé­rences de cha­cun : Lha­sa de Sela, Bojan Z, Tigran Hama­syan, Oxmo Puc­ci­no, M, l’orchestre de chambre de Paris, Serge Teys­sot-Gay, Sting, Ama­dou et Mariam…

Le point com­mun ? Cette trom­pette à quatre pis­tons qui lui per­met de jouer les quarts de ton des musiques arabes tra­di­tion­nelles – et des envo­lées contem­po­raines. « Comme si vous ajou­tiez des touches sup­plé­men­taires entre les touches blanches et noires du pia­no. » Une inven­tion de son père et men­tor, Nas­sim Maa­louf : « Cette trom­pette, c’est le fil conduc­teur, un vec­teur de créa­tion for­mi­dable parce qu’il est unique. For­cé­ment, cela sti­mule mon ima­gi­naire. » Conti­nuer la lec­ture de Ibra­him Maa­louf