Points de vibration

Séquence III, fusain sur papier, 240 x 114 cm, 2013
Séquence III, fusain sur papier, 240 x 114 cm, 2013

Voici un voyage gra­tuit qui mérite comme on dit le détour1. Car pour une fois, par­ler de l’univers du peintre Marie Lepe­tit n’est pas une faci­li­té de lan­gage : l’œuvre de cette artiste patiente, dis­crète et rayon­nante, évoque assez le domaine des galaxies, des nébu­leuses et de la matière noire. À moins que ce ne soit, de l’autre côté de l’abîme, celui des atomes, des ondes et des par­ti­cules… Un uni­vers micro ou macro-artis­tique dont elle explore et déve­loppe la carte et le ter­ri­toire avec les plus simples des outils, à la manière un peu des archi­tectes-bâtis­seurs de jadis : des équerres et des gommes, des craies et des crayons, des lignes et des points. Le long de lignes éphé­mères et appa­rem­ment aléa­toires tra­cées sur la sur­face, elle repère des inter­sec­tions qu’elle marque à la mine de plomb, à la pein­ture ou au poin­çon. Une fois les lignes effa­cées ou presque, se consti­tuent ain­si, à mesure d’une cer­taine agglu­ti­na­tion du regard, des zones denses et des espaces de ver­tige, du poids et des dés­équi­libres, des mou­ve­ments figés et des échap­pa­toires pour l’imagination.

Marie Lepe­tit est artiste, elle n’illustre ni la rela­ti­vi­té géné­rale ni la méca­nique quan­tique ; mais en nous livrant les espaces infi­nis de son uni­vers inté­rieur, elle a vite fait de nous bas­cu­ler vers d’autres dimen­sions pic­tu­rales, voire de nous envoyer dans les super­cordes…


Paru dans HDS.mag n° 38, novembre-décembre 2014.


  1. Centre cultu­rel Max-Juclier de Vil­le­neuve-la-Garenne jusqu’au 23 novembre 2014