Paysages so­no­res

Ravel Landscapes
Ravel Landscapes © QUAYOLA & SINIGAGLIA

Com­ment pré­sen­ter ces deux pro­gram­mes pro­po­sés par la pia­nis­te Vanessa Wagner ? Dire que ce sont des ha­billa­ges nu­mé­ri­ques – vi­suel ou so­no­re – sur des œu­vres du ré­per­toi­re fe­rait fuir à la fois les clas­si­ques et les mo­der­nes… Alors que, jus­te­ment, les dis­po­si­tifs ima­gi­nés ont tout pour convain­cre – et en­thou­sias­mer – des pu­blics qui en gé­né­ral ne se croi­sent pas au concert. Du cros­so­ver com­me on dit aujourd’hui, la ren­con­tre trans­ver­sa­le en­tre ceux qui croient au nu­mé­ri­que et ceux qui n’y croient pas…

Ravel Landscapes, en col­la­bo­ra­tion avec les vi­déas­tes Quayola et Natan Sinigaglia, ce sont des pay­sa­ges de syn­thè­se pro­je­tés sur grand écran, dé­clen­chés, ani­més, mo­di­fiés en di­rect par le jeu de la pia­nis­te. Particules, cris­taux, éclats, mou­ve­ment, lu­miè­re : on n’assiste plus à un concert, mais on fait un voya­ge à tra­vers des sen­sa­tions pres­que phy­si­ques et réel­le­ment ju­bi­la­toi­res. Que les pu­ris­tes se ras­su­rent, ce­la ne rem­pla­ce pas les pay­sa­ges in­té­rieurs d’une écou­te aveu­gle – mais ce n’est pas fait pour : c’est dif­fé­rent, c’est in­ven­tif, c’est beau.

vanessa_wagner_murcofBeyond my pia­no, ren­con­tre en­tre Vanessa Wagner, le mu­si­cien « fu­tu­ris­te » mexi­cain Murcof, et des œu­vres de Satie, Ravel, Pärt ou Adams, est éga­le­ment une ex­ten­sion du do­mai­ne so­no­re. Strates, mé­ta­mor­pho­ses, li­ber­té de ré­in­ter­pré­ta­tion : les pay­sa­ges sont in­édits, le dia­lo­gue per­ma­nent en­tre le sym­bo­le d’une his­toi­re de la mu­si­que clas­si­que et les ma­chi­nes nu­mé­ri­ques jouées com­me de vrais ins­tru­ments.

Puisqu’une mu­si­cien­ne aus­si in­tè­gre, ima­gi­na­ti­ve et sen­si­ble que Vanessa Wagner s’acoquine avec la mo­der­ni­té d’aujourd’hui, tout n’est peut-être pas fi­na­le­ment per­du !


Paru dans HDS.mag n° 38, no­vem­bre-dé­cem­bre 2014.