Archives du mot-clé Contemporaine

Bruce Brubaker, Glass Piano

Récital Bruce Brubaker, abbaye de Silvacane


Programme du ré­ci­tal :
Philip Glass. Metamorphosis n° 2 et n° 1. Études n° 4, n° 2 et n° 5. Mad Rush. Opening. Evening Song (ex­trait de Satyagraha).


Il y a des mu­si­ques qui ra­con­tent des his­toi­res, d’autres qui ou­vrent des es­pa­ces – cel­le de Philip Glass sous les doigts de Bruce Brubaker re­lè­ve­rait plu­tôt de l’instant sus­pen­du. C’était au cloî­tre de l’abbaye de Silvacane, dans le ca­dre du fes­ti­val de La Roque d’Anthéron1.

Phi­lip Glass est de ces com­po­si­teurs contem­po­rains ado­rés, en­tre au­tres, par ceux qui n’aiment pas la mu­si­que di­te contem­po­rai­ne – oreilles Louis-Philippe et “néos” y com­pris. Ce qui fait quel­que part mau­vais gen­re et en­traî­ne ip­so fac­to les ré­ti­cen­ces du sé­riel au­di­teur et du chas­seur spec­tral. Or le com­po­si­teur ne mé­ri­te ni cet ex­cès d’honneur ni cet­te in­di­gni­té. Sa mu­si­que – qu’on la di­se ré­pé­ti­ti­ve, mi­ni­ma­le, post- ou ce qu’on veut – vaut plus et mieux, sur­tout lorsqu’elle pas­se par le cla­vier de Bruce Brubaker. Continuer la lec­tu­re de Bruce Brubaker, Glass Piano 


  1. Récital Bruce Brubaker, fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de pia­no de La Roque d’Anthéron, le 1er août 2015 au cloî­tre de l’abbaye de Silvacane 

Verrà la mor­te

Composition de Laurent Cuniot, pour cla­ri­net­te so­lo et or­ches­tre. Durée : 25 min. Création
le 24 avril 1997 au Théâtre de Poitiers. Philippe Berrod, cla­ri­net­te, or­ches­tre Poitou-Charentes, di­rec­tion : Pascal Verrot.

IMG_4723

Le cy­cle Verrà la mor­te : Prélude – You, dap­pled smi­le – Lo spi­ro­glo dell’alba – Verrà la mor­te – La ca­sa – Sangue di Primavera – Last blues

 

Com­ment s’y pren­dre pour par­ta­ger émo­tions et re­pè­res à pro­pos de Verrà la mor­te, piè­ce or­ches­tra­le com­po­sée au­tour d’un cy­cle de poè­mes de l’écrivain ita­lien Cesare Pavese ?

Difficile, tant la poé­sie la­pi­dai­re – au sens du tra­vail de la pier­re pré­cieu­se, an­gles vifs et feux cha­toyants – cou­pe­rait la lan­gue de qui vien­drait y mê­ler la sien­ne. Plus que dif­fi­ci­le : im­pru­dent, tant il y a ici de nua­ges et de dra­me ac­cu­mu­lés.

Continuer la lec­tu­re de Verrà la mor­te 

La li­ce des nuits


Composition de Laurent Cuniot pour grand or­ches­tre. Durée : 20 min. Création le 28 avril 1989 à la Maison de Radio-France. Orchestre Philharmonique de Radio-France, di­rec­tion Michel Tabachnik.


IMG_1328

 

La li­ce était le champ mé­dié­val du tour­noi. La li­ce des nuits est le lieu des af­fron­te­ments noc­tur­nes.

Son lan­ga­ge est équi­vo­que – c’est d’ailleurs le pro­pre des lan­gues de­puis la pier­re de Babel. Équivoque aus­si sa for­me, et sans dou­te son sens, si tant est qu’un com­po­si­teur ac­cep­te ce mot dont l’auditeur use par im­puis­san­ce à mieux di­re.

Il y a là quel­que cho­se de vif et de pur et de neuf ; d’abstrait, pour dé­po­ser un ter­me plas­ti­que sur une mu­si­que qui l’est mais qui s’inscrit néan­moins, avec tou­te la puis­san­ce des qua­tre-vingt-dix mu­si­ciens et mal­gré l’apport des sons élec­troa­cous­ti­ques d’aujourd’hui, dans une his­toi­re de l’orchestre, de ses so­no­ri­tés, de ce qu’elles char­rient com­me émo­tions, on ne va tout de mê­me pas y re­non­cer…

Continuer la lec­tu­re de La li­ce des nuits 

Des pé­ta­les dans la bou­che


Opéra à une voix de Laurent Cuniot pour mez­zo-so­pra­no et en­sem­ble ins­tru­men­tal sur un li­vret de Maryline Desbiolles. Durée : 50 min. Création le 18 mai 2011 à la Maison de la mu­si­que de Nanterre. Sylvia Vadimova, mez­zo, en­sem­ble TM+ sous la di­rec­tion de Laurent Cuniot.


IMG_2545

 

Première par­tie : à pro­pos de

Des pé­ta­les dans la bou­che est un opé­ra à une voix. De fem­me. D’une fem­me, jus­te­ment, à la re­cher­che de sa voix, per­due. Voix aux mul­ti­ples ré­so­nan­ces d’une fem­me aux mul­ti­ples in­car­na­tions, c’est, si l’on ose di­re, cha­cu­ne d’entre nous : el­le re­vient sur ses pas, re­fait le che­min pour rom­pre le si­len­ce et re­nouer avec son chant in­ti­me.

Continuer la lec­tu­re de Des pé­ta­les dans la bou­che 

Les mains in­vi­si­bles


Composition de Laurent Cuniot pour cla­ri­net­te, cor et vi­bra­pho­ne. Durée : 12 min. Création le 3 fé­vrier 2002 à la Maison de la mu­si­que de Nanterre avec Philippe Berrod, cla­ri­net­te, Patrice Petitdidier, cor, et Florent Jodelet, vi­bra­pho­ne.


IMG 3343 bis
 

Le ti­tre est un em­prunt à Pascal Quignard, qui évo­quait ain­si la tra­ce de l’artiste lais­sée dans l’œuvre par l’image des mains né­ga­ti­ves po­sées sur les pa­rois des grot­tes pré­his­to­ri­ques, mains in­vi­si­bles qui font re­ve­nir, com­bien émou­van­tes par­ce qu’elles échap­pent à no­tre en­ten­de­ment du temps, cel­les du des­si­na­teur per­du dans les gè­nes de no­tre li­gnée. Un em­prunt, une em­prein­te, cel­le du com­po­si­teur dans la mu­si­que qui se dé­ploie, et la mar­que des ins­tru­men­tis­tes qui l’incarnent.

Continuer la lec­tu­re de Les mains in­vi­si­bles