Archives du mot-clé Claire Désert

Claire Désert

Fidèle du fes­ti­val de l’Orangerie de Sceaux, la pia­nis­te y don­ne cet­te sai­son1 un dou­ble concert en com­pa­gnie de jeu­nes mu­si­ciens qui lui res­sem­blent.

© OLIVIER RAVOIRE Une vie de mu­si­cien, c’est d’abord une vie la­bo­rieu­se : cinq à six heu­res de pia­no tous les jours… Cela res­sem­ble en fait à une vie de spor­tif. Quelque cho­se d’à la fois très ré­gu­lier, par­ce qu’il y a une dis­ci­pli­ne qu’on ap­prend très jeu­ne et qui est très for­ma­tri­ce, et d’absolument pas rou­ti­nier, une vie plu­riel­le, en­tre les voya­ges et la mai­son, tra­vailler seule et avec d’autres, en­sei­gner, être sur scè­ne…

Qui s’intéresse à la flam­boyan­ce m’as-tu-vu du mu­si­cien so­lis­te, port de tê­te ar­ro­gant et éclats d’ego mon­tés en pa­ru­re, fe­rait mieux d’aller écou­ter ailleurs : Claire Désert n’est pas vrai­ment de cet­te éco­le-là… Elle ne bran­dit pas la vo­ca­tion pro­di­ge de l’enfant d’Angoulême ni l’illumination ir­ré­sis­ti­ble de la gé­néa­lo­gie : « Mes pa­rents m’ont mis au pia­no à cinq ans, pour la cultu­re gé­né­ra­le, sans que je le de­man­de… Ce n’est pas très gla­mour mon his­toi­re ! Mais la gref­fe a bien pris, j’ai l’impression d’avoir tou­jours sui­vi un che­min, com­me si la mu­si­que avait tout le temps fait par­tie de ma vie jusqu’à ce que je me re­trou­ve à qua­tor­ze ans au Conservatoire de Paris. Tout s’est en­chaî­né sim­ple­ment, com­me quoi on peut-être mu­si­cien sans être en­fant de mu­si­cien ! »

Continuer la lec­tu­re de Claire Désert 


  1. Carte blan­che à Claire Désert, di­man­che 17 juillet 2011 au fes­ti­val de l’Orangerie de Sceaux. Avec Guillaume Chilemme (vio­lon), Nathanaël Gouin (pia­no), Victor Julien-Laferrière (vio­lon­cel­le) et Pierre Génisson (cla­ri­net­te).